Diourbel: Une ville insalubre

Diourbel: Une ville insalubre

Les artères de la commune de Diourbel sont érigées en dépotoirs d'ordures. Plus grave, c'est au coeur des institutions que gisent les tas d'immondices A quelques pas , sur la route Max Berthet (Boutique Abdou Diakhao) s'exposent des tas d'ordures recouverts en ces temps d'hivernage, d'un tapis herbacé tel est le décors de la mairie. Ce gazon naturel offert gracieusement par la pluie est composé de "khakham" et de "degou guinar", des épines très piquantes vous percent les chaussures.

Les populations de Diourbel se trouvent en face d'un maire qui ne peut pas résoudre une des compétences essentielles d'une municipalité, l'assainissement du cadre de vie. Qui ne peut le moins, ne peut le plus. C'est pourquoi le saupoudrage tant attendu de la ville tarde à se matérialiser.

Pourtant, c'est pas de gaité de coeur que les diourbellois cohabitent avec les moustiques qui pillulent de partout dans la ville. Dans l'arrière ville, vers tripano, ndiopame, ngouye et sessène, personne ne fait plus du "ngonal" (causerie publique nocturne). Tous s'empressent à la tombée de la nuit, à se recroqueviller dans les chambres parfumées de "khotu boutel" pour chasser les moutiques.

Amères, les populations regrettent cette situation et la déplorent et demandent à l'édile de la ville, Malick Fall, de faire un geste.