Cheikh A. Dieng frottait son sexe sur une fillette de 8 ans et se retrouve en prison 4 ans après

Cheikh A. Dieng frottait son sexe sur une fillette de 8 ans et se retrouve en prison 4 ans après

L’homme ne peut éluder à son destin. Et Cheikh A Dieng serait rattrapé par son passé. Quatre ans après les faits dont il fait aujourd’hui l’objet de poursuites, il se retrouve en prison. Parce que la maman de la victime n’a porté plainte qu’avant-hier. Le bonhomme poursuivi dans une affaire d’attentat à la pudeur et des faits de menaces avec usage d’arme a passé sa première nuit à la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Diourbel.

Il est accusé d’avoir fait des attouchements sexuels sur Nd F Gueye, une fillette de 12 ans. Mais au moment des faits, la victime élève en classe de Ce1 n’avait que 8 ans. Devant les enquêteurs du Commissariat urbain de Diourbel, la fillette a soutenu que le mis en cause aurait frotté son sexe sur le sien à deux reprises.

Les faits remontent au courant de l’année 2013 dans la capitale du Baol, puisqu’en ce moment la fille n’avait que 8 ans (Actuellement elle a 12 ans). «La première fois, il m’a invité dans sa chambre. Il a ôté mes habits avant de se déshabiller à son tour. Il a pris son sexe pour le frotter sur moi. La deuxième fois, il m’a trouvé dans la cuisine et m’a forcé à se déshabiller. A chaque fois, il me menaçait avec un couteau. Il faisait peur et me disait de ne le dire à personne», raconte la victime.

Pourtant, l’affaire avait éclaté à l’époque, puisque la maman de celle-ci savait que sa fille ait subi des attouchements sexuels de la part de Cheikh A Dieng. Un soir de cette même année (2013), elle est rentrée avec de l’eau bénite qu’elle devait donner à sa fille pour un bain. Est-il un piège ou une recommandation ? Avant de remettre le bain mystique, la maman lui a demandé si elle a eu des contacts sexuels avec les hommes. Parce qu’elle aurait dit à sa fille si celle-ci est touchée par un homme, va mourir une fois avoir utilisé l’eau bénite. Prise de peur, la fillette de 8 ans à l’époque, a fini de révéler à sa mère qu’elle aurait subi des attouchements sexuels à deux reprises. Mais à l’époque, l’affaire a été réglée à l’amiable.

Quatre ans après et au fil des années, le mis en cause en voulait à la fille. A chaque fois, il ne cessait de la menacer et même parfois de lever la main sur elle. Cette dernière s’en est ouverte à sa génitrice qui décide à son tour de porter contre Cheikh A Dieng. Interpellé, le mis en cause aurait reconnu dans un premier temps, avoir exhibé son sexe devant la fille. Par contre, il a rejeté toutes les accusations de la victime portées sur lui, selon lesquelles il a frotté son sexe sur celui de la fille, à deux reprises.

Cheikh A. Dieng a été déféré hier, au Parquet de Diourbel après vingt-quatre heures de garde-à-vue dans les locaux du Commissariat urbain de Diourbel. Il doit répondre aux chefs d’inculpation d’attentat à la pudeur et menaces avec usage d’arme sur une fillette de 8 ans.