TOUBA & DAROU SALAM....

Soumis par xewelbT le 11 août, 2017 - 08:57

Ces deux villes occupent une place importante dans le cœur du serviteur du Prophète (PSL) et ont été maintes fois mentionnées et magnifiées dans ses écrits. Serigne Bassirou MBACKE, un des fils de Cheikh Ahmadou Bamba, nous rapporte que son père aimait ces deux villes uniquement parce qu’elles avaient été choisies, élues par DIEU. Ces lieux n’appartenaient nullement à ses ancêtres, et le Cheikh n’avait aucune intention d(y chercher la paix et la sécurité pour sa famille, les terres fertiles ou encore la fuite des attaques d’un roi ou de l’impérialisme. Le Cheikh avait fondé ces deux villes dans le seul but d’obéir à son créateur et de lui vouer une adoration sans bornes. Il ne recherchait que l’agrément de son seigneur en suivant la voie tracée par le sceau de la prophétie, MOUHAMED (PSL), et ne souhaitant que vivre et faire vivre l’unicité de DIEU. Ces villes fondées dans des conditions aussi pures ne peuvent que détenir une sémiologie incommensurable. Elles renferment beaucoup de signes.

Le premier signe évident est que DIEU lui-même a inspiré ces deux appellation au Cheikh, à savoir Darou Salam (cité de la Paix) et Touba (la Félicité). Après le Prophète Mouhamed (PSL), Touba est l’une des rares villes à avoir été fondée par un homme de DIEU sur inspiration divine. Cheikh Ahmadou Bamba choisit un lieu ou nul culte n’avait encore existé, hormis celui du Dieu unique, Allah. Nous n’avons nullement l’intention de faire une étude comparative entre Touba ou Darou Salam et la Mecque ou Médine, les deux villes saintes glorifiées par tous musulmans de la terre. Sur terre, la Mecque et Médine constituent les deux points de mire de tous les musulmans et elles le resteront pour toujours. Il arrive toutefois que certains lieux deviennent de véritables centres d’attraction spirituelle, en raison de la motivation et des effets incommensurables déployés par leurs fondateurs. Ces lieux méritent alors une attention particulière. «Amine bi darifata TOUBA limas Kanira DAROU SALAM bi Kama MAKA wal MADINA »*

a la une: 
In-page image(s):