LE MOURIDISME, UNE DOCTRINE DE L’ÉMERGENCE

LE MOURIDISME, UNE DOCTRINE DE L’ÉMERGENCE

Les assises de Diourbel viennent d’être bouclées et les décisions sont à appliquer si on veut tenter l’avenir d’un développement. L’erreur serait de croire que le mouridisme comme idéologie économique est une aberration et décider de ranger les conclusions dans les tiroirs c’est oublier l’émergence du baol aussi

Dans un contexte marqué par la double crise : économique et des valeurs, les assises ont servi de cadre de réflexion et de partage afin de trouver une solution contre l’aliénation et la pauvreté qui depuis les indépendances ont secoué le pays. Des tentatives de solution à travers des doctrines telles que le socialisme , ensuite le libéralisme ont été essayé par nos gouvernants sans pour autant trouver la vraie réponse, Sans trop y associer les vrais acteurs toujours relégués au second plan et toujours aptes à chercher la solution ailleurs, c'est pourquoi les résultats n’ont jamais été satisfaisants. Pour cette fois -ci les orientations viennent de l’intérieur et sont appelées ASSISES CITOYENNES POUR LE DÉVELOPPEMENT DE DIOURBEL .

Son initiateur et Coordinateur du comité de pilotage Serigne Makhfousse Mbacké, est le fils de Serigne Modou Mokhtar, fils de Serigne Ckeikh Awa Balla Mbacké de Darou Marnane, fils de Mame Thierno Ibra Faty dit Borom Darrou bras droit du vénéré Cheikh Ahmadou Bamba Il est donc le petit fils de Mame Thierno du coté paternel et petit fils de Ely Manel Fall du coté maternel. Son orientation à la fois politique et économique s’explique par un besoin profond de sortir la ville de sa léthargie mais aussi son amour à cette terre du baol où s’est développé le Mouridisme.
Issus d’une confrérie qui a pour berceau « la Ville Sainte de TOUBA », les mourides sont nombreux au Sénégal et réside dans le baol c'est-à-dire DIOURBEL. Ils se font remarquer par leur dynamisme et leur esprit d’entreprise.

Ils sont organisés dans les différentes associations socio-professionnelles et culturelles, notamment dans les Dahiras.
Hasard, coïncidence fortuite ou démarche cohérente inspirée par l’enseignement d’une philosophie du travail et de l’effort laissé par leur guide spirituel ? Peut être, tout cela à la fois. En tout état de cause, un constat s’impose aujourd’hui au Sénégal : à la tête des fortunes célèbres se trouvent des talibés mourides, notamment SERIGNE MBOUP,CHEIKH AMAR, et CHEIKH GABON qui sont des sénégalais notoirement connus.

Il est important de remarquer que l’essentiel des leviers de l’économie informelle est entre les mains des mourides qui contrôlent, pour l’essentiel le commerce. Ils se sont substitués, aux forces des Lybano-Syriens qui monopolisaient, jusqu’ici le secteur et ce depuis l’époque coloniale.
Cette forme d’accumulation de capital, nécessaire au décollage d’une économie, quelle qu’elle soit, aurait tardé à se réaliser s’il y avait pas eu effectivement des hommes d’affaires mus par un idéal, mais également et surtout soudés par une Foi et la conviction d’appartenir à une communauté.
Cette réussite est à la fois un esprit et une organisation. L’esprit découle naturellement de cet enseignement de Cheikh Ahmadou Bamba, en effet il s’est comporté avec les mourides comme un Homme de tous les jours, ayant foi dans le travail, ceci étant pour lui l’activité sociale qui exprime le mieux l’existence et l’essence de l’homme.

Serigne Makhfousse cherche à imposer une politique dans le sens premier du terme dont l'idéologie est typiquement religieux et qui par la force des choses montre un exemple de modèle économique pensé et exécuté par le mouridisme. C’est donc dire qu’il est possible d’ériger cette doctrine qui s’appuie sur un fondement fort, la croyance et sur un amour du travail sans réserve. La religion s’invite à l’économie pour mieux servir et le Guide a cherché d’abord à atteindre un objectif et un idéal de réussite dans ces assises. Conscient des rapports entre le gouvernement et les chefs religieux, le mouridisme devra être un trait d’union entre l’État et la communauté. C’est pourquoi L’État est, pour le Mouridisme, sur le même pied d’égalité que l’individu. La « Mouridisation » gardera entre elle et un quelconque Gouvernement, des rapports de franchise, d’honnêteté et de respect du droit canonique (ce qui n’est pas une façon d’exclure le droit tel qu’il est universellement pratiqué, avec la seule observation qu’il faut y exclure, quand il s’agit de juger des Musulmans, tout ce qui est anti-Islam). Si L’État respecte cela,

la Mouridisation l’aide à se solidifier et à exécuter son programme.
Journée architecture 2017 de Diourbel : ‘’Il faut prioriser l’offrir locale ‘le gouverneur
L’adjoint au Gouverneur Mbaye Ndione revient sur l’importance de consommer made-in baol ;
Dans ces conclusions un point nous interpelle c’est la feuille de route horizon 2018. La route tracée par le grand fondateur du mouridisme est le seul chemin de l’émergence c'est-à-dire la croyance et le travail
Diourbel a toujours refusé son propre développement pourtant possible lorsque axé sur la foi et l’amour du travail. Enfin je dirais que pour une meilleure prise en charge des préoccupations de la ville, il appartiendra aux natifs d’essayer le mouridisme comme modèle de développement puisque le socialisme et le libéralisme ont échoué pour reprendre les propos de pape fary seye

SAMATITUDE

on