Aller au contenu principal
a

Diabète, l’hypertension artérielle et des arthroses : Ces maladies chroniques non transmissibles gagnent du terrain

Les maladies chroniques non transmissibles telles que Le diabète, l’hypertension artérielle et les arthroses prennent le pas sur les pathologies infectieuses dans la zone centre du pays.  Mais selon le professeur Lamine Lamine Guéye, la région de Diourbel est la localité la plus touchée.

Le diabète, l’hypertension artérielle et les arthroses gagent du terrain dans la région de Diourbel. Le constat a été fait hier par le recteur de l’Université Alioune Diop de Bambey, professeur Lamine Guèye, en marge des journées de consultations gratuites organisées par le Dahira "Mafatihul Bichry" et le réseau des cadres du Baol.

 

En présentant le bilan des visites médicales, l’ancien recteur de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis a souligné que sur les 700 personnes consultées, la moitié souffre de maladies chroniques non transmissibles : diabète, l’hypertension artérielle et les problèmes d’arthrose.  Pour le  neurologue,  ces statistiques confortent les résultats des années précédentes. « Il  y a une prédominance des maladies chroniques sur les pathologies transmissibles dans la région de Diourbel.

 

 Je coordonne des consultations gratuites depuis cinq ans dans les départements de Diourbel, Bambey et Mbacké et des localités environnantes, mais je constate que le diabète, l’hypertension deviennent de plus en plus fréquentes. Elles touchent aussi bien les jeunes et les personnes âgées », a-t-il observé.

 

 Pour lui, ce constat  démontre  un changement important du profil épidémiologique dans la zone centre du pays. « Les maladies infectieuses sont moins fréquentes.  Les pathologies chroniques non transmissibles commencent à prendre le pas. C’est un problème de santé publique auquel il faut faire face », ajoute-t-il.

 

Pour l’enseignant universitaire, le changement de monde de vie et l’absence d’activité physique sont à l’origine des maladies chroniques non transmissibles. «Les femmes faisaient des kilomètres pour puiser de l’eau dans les puits, les personnes marchaient pour rejoindre leurs lieux de travail. Mais   Aujourd’hui,  il y a eu une sédentarité qui s’est installé depuis quelques années.

 

Quand on continue à être sédentaire et qu’on mange beaucoup de repas gras,  les maladies chroniques s’installent rapidement.  Cela nécessite des plans de lutte efficace de la part de l’Etat et de tous les citoyens.

 

Le professeur Lamine Guéye a donné un viatique aux diourbellois en les  invitant à faire de l’activité physique et de diminuer la consommation des aliments gras pour  éviter l’avancée figurante des maladies chroniques non transmissibles.

 

Les journées de consultations gratuites organisées dans le week-end du samedi 06 au dimanche 07 janvier 2017  s’inscrivent dans les préparatifs du Magal des 15 de séjour de Cheikh Ahmadou Bamba à Diourbel (1912-1927).  L’événement sera de célébré le 15 janvier prochain au quartier Médinatoul.    

Omar Bayo

 

 

 

 

 

Les maladies chroniques non transmissibles telles que Le diabète, l’hypertension artérielle et les arthroses prennent le pas sur les pathologies infectieuses dans la zone centre du pays.  Mais selon le professeur Lamine Lamine Guéye, la région de Diourbel est la localité la plus touchée.

Le diabète, l’hypertension artérielle et les arthroses gagent du terrain dans la région de Diourbel. Le constat a été fait hier par le recteur de l’Université Alioune Diop de Bambey, professeur Lamine Guèye, en marge des journées de consultations gratuites organisées par le Dahira "Mafatihul Bichry" et le réseau des cadres du Baol.

 

En présentant le bilan des visites médicales, l’ancien recteur de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis a souligné que sur les 700 personnes consultées, la moitié souffre de maladies chroniques non transmissibles : diabète, l’hypertension artérielle et les problèmes d’arthrose.  Pour le  neurologue,  ces statistiques confortent les résultats des années précédentes. « Il  y a une prédominance des maladies chroniques sur les pathologies transmissibles dans la région de Diourbel.

 

 Je coordonne des consultations gratuites depuis cinq ans dans les départements de Diourbel, Bambey et Mbacké et des localités environnantes, mais je constate que le diabète, l’hypertension deviennent de plus en plus fréquentes. Elles touchent aussi bien les jeunes et les personnes âgées », a-t-il observé.

 

 Pour lui, ce constat  démontre  un changement important du profil épidémiologique dans la zone centre du pays. « Les maladies infectieuses sont moins fréquentes.  Les pathologies chroniques non transmissibles commencent à prendre le pas. C’est un problème de santé publique auquel il faut faire face », ajoute-t-il.

 

Pour l’enseignant universitaire, le changement de monde de vie et l’absence d’activité physique sont à l’origine des maladies chroniques non transmissibles. «Les femmes faisaient des kilomètres pour puiser de l’eau dans les puits, les personnes marchaient pour rejoindre leurs lieux de travail. Mais   Aujourd’hui,  il y a eu une sédentarité qui s’est installé depuis quelques années.

 

Quand on continue à être sédentaire et qu’on mange beaucoup de repas gras,  les maladies chroniques s’installent rapidement.  Cela nécessite des plans de lutte efficace de la part de l’Etat et de tous les citoyens.

 

Le professeur Lamine Guéye a donné un viatique aux diourbellois en les  invitant à faire de l’activité physique et de diminuer la consommation des aliments gras pour  éviter l’avancée figurante des maladies chroniques non transmissibles.

 

Les journées de consultations gratuites organisées dans le week-end du samedi 06 au dimanche 07 janvier 2017  s’inscrivent dans les préparatifs du Magal des 15 de séjour de Cheikh Ahmadou Bamba à Diourbel (1912-1927).  L’événement sera de célébré le 15 janvier prochain au quartier Médinatoul.    

Omar Bayo

 

 

 

 

 

Les maladies chroniques non transmissibles telles que Le diabète, l’hypertension artérielle et les arthroses prennent le pas sur les pathologies infectieuses dans la zone centre du pays.  Mais selon le professeur Lamine Lamine Guéye, la région de Diourbel est la localité la plus touchée.

Le diabète, l’hypertension artérielle et les arthroses gagent du terrain dans la région de Diourbel. Le constat a été fait hier par le recteur de l’Université Alioune Diop de Bambey, professeur Lamine Guèye, en marge des journées de consultations gratuites organisées par le Dahira "Mafatihul Bichry" et le réseau des cadres du Baol.

 

En présentant le bilan des visites médicales, l’ancien recteur de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis a souligné que sur les 700 personnes consultées, la moitié souffre de maladies chroniques non transmissibles : diabète, l’hypertension artérielle et les problèmes d’arthrose.  Pour le  neurologue,  ces statistiques confortent les résultats des années précédentes. « Il  y a une prédominance des maladies chroniques sur les pathologies transmissibles dans la région de Diourbel.

 

 Je coordonne des consultations gratuites depuis cinq ans dans les départements de Diourbel, Bambey et Mbacké et des localités environnantes, mais je constate que le diabète, l’hypertension deviennent de plus en plus fréquentes. Elles touchent aussi bien les jeunes et les personnes âgées », a-t-il observé.

 

 Pour lui, ce constat  démontre  un changement important du profil épidémiologique dans la zone centre du pays. « Les maladies infectieuses sont moins fréquentes.  Les pathologies chroniques non transmissibles commencent à prendre le pas. C’est un problème de santé publique auquel il faut faire face », ajoute-t-il.

 

Pour l’enseignant universitaire, le changement de monde de vie et l’absence d’activité physique sont à l’origine des maladies chroniques non transmissibles. «Les femmes faisaient des kilomètres pour puiser de l’eau dans les puits, les personnes marchaient pour rejoindre leurs lieux de travail. Mais   Aujourd’hui,  il y a eu une sédentarité qui s’est installé depuis quelques années.

 

Quand on continue à être sédentaire et qu’on mange beaucoup de repas gras,  les maladies chroniques s’installent rapidement.  Cela nécessite des plans de lutte efficace de la part de l’Etat et de tous les citoyens.

 

Le professeur Lamine Guéye a donné un viatique aux diourbellois en les  invitant à faire de l’activité physique et de diminuer la consommation des aliments gras pour  éviter l’avancée figurante des maladies chroniques non transmissibles.

 

Les journées de consultations gratuites organisées dans le week-end du samedi 06 au dimanche 07 janvier 2017  s’inscrivent dans les préparatifs du Magal des 15 de séjour de Cheikh Ahmadou Bamba à Diourbel (1912-1927).  L’événement sera de célébré le 15 janvier prochain au quartier Médinatoul.    

Omar Bayo

 

 

 

 

 

Les maladies chroniques non transmissibles telles que Le diabète, l’hypertension artérielle et les arthroses prennent le pas sur les pathologies infectieuses dans la zone centre du pays.  Mais selon le professeur Lamine Lamine Guéye, la région de Diourbel est la localité la plus touchée.

Le diabète, l’hypertension artérielle et les arthroses gagent du terrain dans la région de Diourbel. Le constat a été fait hier par le recteur de l’Université Alioune Diop de Bambey, professeur Lamine Guèye, en marge des journées de consultations gratuites organisées par le Dahira "Mafatihul Bichry" et le réseau des cadres du Baol.

 

En présentant le bilan des visites médicales, l’ancien recteur de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis a souligné que sur les 700 personnes consultées, la moitié souffre de maladies chroniques non transmissibles : diabète, l’hypertension artérielle et les problèmes d’arthrose.  Pour le  neurologue,  ces statistiques confortent les résultats des années précédentes. « Il  y a une prédominance des maladies chroniques sur les pathologies transmissibles dans la région de Diourbel.

 

 Je coordonne des consultations gratuites depuis cinq ans dans les départements de Diourbel, Bambey et Mbacké et des localités environnantes, mais je constate que le diabète, l’hypertension deviennent de plus en plus fréquentes. Elles touchent aussi bien les jeunes et les personnes âgées », a-t-il observé.

 

 Pour lui, ce constat  démontre  un changement important du profil épidémiologique dans la zone centre du pays. « Les maladies infectieuses sont moins fréquentes.  Les pathologies chroniques non transmissibles commencent à prendre le pas. C’est un problème de santé publique auquel il faut faire face », ajoute-t-il.

 

Pour l’enseignant universitaire, le changement de monde de vie et l’absence d’activité physique sont à l’origine des maladies chroniques non transmissibles. «Les femmes faisaient des kilomètres pour puiser de l’eau dans les puits, les personnes marchaient pour rejoindre leurs lieux de travail. Mais   Aujourd’hui,  il y a eu une sédentarité qui s’est installé depuis quelques années.

 

Quand on continue à être sédentaire et qu’on mange beaucoup de repas gras,  les maladies chroniques s’installent rapidement.  Cela nécessite des plans de lutte efficace de la part de l’Etat et de tous les citoyens.

 

Le professeur Lamine Guéye a donné un viatique aux diourbellois en les  invitant à faire de l’activité physique et de diminuer la consommation des aliments gras pour  éviter l’avancée figurante des maladies chroniques non transmissibles.

 

Les journées de consultations gratuites organisées dans le week-end du samedi 06 au dimanche 07 janvier 2017  s’inscrivent dans les préparatifs du Magal des 15 de séjour de Cheikh Ahmadou Bamba à Diourbel (1912-1927).  L’événement sera de célébré le 15 janvier prochain au quartier Médinatoul.    

Omar Bayo

 

 

 

 

Les maladies chroniques non transmissibles telles que Le diabète, l’hypertension artérielle et les arthroses prennent le pas sur les pathologies infectieuses dans la zone centre du pays.  Mais selon le professeur Lamine Lamine Guéye, la région de Diourbel est la localité la plus touchée.

Le diabète, l’hypertension artérielle et les arthroses gagent du terrain dans la région de Diourbel. Le constat a été fait hier par le recteur de l’Université Alioune Diop de Bambey, professeur Lamine Guèye, en marge des journées de consultations gratuites organisées par le Dahira "Mafatihul Bichry" et le réseau des cadres du Baol.

 

En présentant le bilan des visites médicales, l’ancien recteur de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis a souligné que sur les 700 personnes consultées, la moitié souffre de maladies chroniques non transmissibles : diabète, l’hypertension artérielle et les problèmes d’arthrose.  Pour le  neurologue,  ces statistiques confortent les résultats des années précédentes. « Il  y a une prédominance des maladies chroniques sur les pathologies transmissibles dans la région de Diourbel.

 

 Je coordonne des consultations gratuites depuis cinq ans dans les départements de Diourbel, Bambey et Mbacké et des localités environnantes, mais je constate que le diabète, l’hypertension deviennent de plus en plus fréquentes. Elles touchent aussi bien les jeunes et les personnes âgées », a-t-il observé.

 

 Pour lui, ce constat  démontre  un changement important du profil épidémiologique dans la zone centre du pays. « Les maladies infectieuses sont moins fréquentes.  Les pathologies chroniques non transmissibles commencent à prendre le pas. C’est un problème de santé publique auquel il faut faire face », ajoute-t-il.

 

Pour l’enseignant universitaire, le changement de monde de vie et l’absence d’activité physique sont à l’origine des maladies chroniques non transmissibles. «Les femmes faisaient des kilomètres pour puiser de l’eau dans les puits, les personnes marchaient pour rejoindre leurs lieux de travail. Mais   Aujourd’hui,  il y a eu une sédentarité qui s’est installé depuis quelques années.

 

Quand on continue à être sédentaire et qu’on mange beaucoup de repas gras,  les maladies chroniques s’installent rapidement.  Cela nécessite des plans de lutte efficace de la part de l’Etat et de tous les citoyens.

 

Le professeur Lamine Guéye a donné un viatique aux diourbellois en les  invitant à faire de l’activité physique et de diminuer la consommation des aliments gras pour  éviter l’avancée figurante des maladies chroniques non transmissibles.

 

Les journées de consultations gratuites organisées dans le week-end du samedi 06 au dimanche 07 janvier 2017  s’inscrivent dans les préparatifs du Magal des 15 de séjour de Cheikh Ahmadou Bamba à Diourbel (1912-1927).  L’événement sera de célébré le 15 janvier prochain au quartier Médinatoul.    

Omar Bayo