Aller au contenu principal
r

AU-DELÀ DE L’INJURE ET DE LA CALOMNIE, PAR DELÀ L’INSULTE ET L’OFFENSE

« Parler et offenser pour de certaines gens, est précisément la même chose. Ils sont piquants et amers; leur style est mêlé de fiel et d'absinthe: la raillerie, l'insulte, l'injure leur découlent des lèvres comme leur salive ».

 

Cette sentence de La Bruyère dans « Les caractères » m'inspire toute une pensée à l'endroit des insulteurs publics qui, de zéro à héros, sont devenus des harangueurs de foules .L'inflation de médisance et de calomnies en direction de nos institutions, d'hommes politiques, de notabilités religieuses, et d'honnêtes femmes en ménage est un séisme de magnitude apocalyptique sur l'échelle sociale. On brûle les toutes reliques de la morale à l'autodafé d'un ''talk-show'' de déclarations incendiaires sur des malversations épinglées, allant jusqu'au déballage de secrets d'État. On lave le linge sale des liaisons dangereuses et des infidélités soupçonnées, dans des menstrues cérébrales dont la fiction qui nous est susurrée à longueur de journée dans  ''Teuss-le fracas'' ou via internet, (Facebook , Whats App , youtube) est digne d’une série de Netflix .Sans pudeur, sans réserve et présomption aucune, on balance son porc ou sa laie : Manon L’Escaut est cousine de mère Thérèsa et la Dame aux Camélias une sainte à béatifier.

 

Selon le sens du vent, on peut faire passer Arsène Lupin et Abbé Pierre pour acolytes, absoudre le coupable et confesser le saint, avant de décréter le purgatoire terrestre de la récession, des ajustements structurels et autres tensions et déficits budgétaires, comme d'un fléau expiatoire du manque de sobriété et de vertu de la gouvernance décriée sur tous les toits,à tout coin de rue.

 

Il est curieux de constater aujourd'hui que nos analystes s'écartent de la situation politique, économique ou sociale du pays par une information obtuse qui passe le quotidien, inconsciemment, dans l'univers théâtral de Guignols-de-l’ info au rabais et de la satire-canaille comme le rire de certains de nos animateurs-en-chef quand on parle de choses sérieuses concernant la Nation toute entière. Ceci demanderait au contraire un interet spécial,un argumentaire rationnel et soutenu, plus que des enflures de gros mots, des abcès d'obscénités et des fractures de langage.

 

Pourtant diffamer reste le fin menu de toute prise de parole publique, une mode. Linvective est une saine occupation dont raffolent les thuriféraires de toute cause qu'on combat .On surfe sur le factice, on crane de l'anathème jeté sur un tel,sans se soucier de son appartenance, son rang, sa famille, ses proches. Un tout-à-l’égout sans tamis. Vrai ou faux qu'importe, pourvu qu'on choque,quon écorche. La norme c’est la morale de caniveaux.

 

Mais d'où leur viennent la bile et le fiel du menu épicé qui coule des lèvres repues de leurs bouches sanguinolentes? Le wolof a bien raison de dire: « Borom guémégne gouy nacc dou wax jam » C'est de nous qu'il s'agit .C'est en nous qu'il faut chercher dans une courageuse introspection, les raisons de cette déraison ambiante jusqu'à la contamination du plus modéré. Nous sommes demandeurs de spectaculaire.Pourquoi?

 

C’est dans notre nature de toujours agrémenter notre quotidien de faits divers jusqu’à la dérive de masse, puissante et incontrôlable. Osons y apporter réponse, sans passion. La nature, sans code morale est rebelle et permissive, si elle ne se trouve un esprit et un corps de lois positives comme balise à ses excès nuisibles.

 

Nous le savons tous et toutes. Il urge de légiférer et de poser la chape de la coercition légale sur la bouche sombre de la calomnie et de l’injure

Entre-temps,au-delà de l'injure et de la calomnie,par-delà insulte et offense,la porte est ouverte au dialogue et à la cohésion sur l'essentiel dans le respect des différences réductibles au consensus toujours possible.

L'Aid El kébir (Tabaski) est le moment solennel pour demander pardon,en toute humilité,en toute humanité devant Dieu et les hommes .Puissions-nous le traduire en maxime de comportement et en acte de tous les jours pour ne pas avoir à répéter mécaniquement,un jour dédié chaque année: <<J'implore votre pardon - le mien vous est vous est accordé .Que Dieu nous pardonne tous dans sa miséricorde>> ("Balma Akh  - Baal naa la - Yallah nanou Yallah boolé baal" )


Amadou Thierno Diop

Responsable APR

Etendard Républicain

Coordonateur FRDGM ( Font Républicain de Défense de la Gouvernance - Macky)