Aller au contenu principal
f

CAN 2019 : Désiré Segbé raconte son "frère" sénégalais Sadio Mané

Le match Sénégal-Bénin va opposer le leader d’attaque des Lions, Sadio Mané, et son "frère" béninois Désiré Segbé (FK Senica, République tchèque), qui se connaissent depuis qu’ils étaient tous les deux pensionnaires de Génération Foot, en 2010.

"L’attaquant Désiré Sègbè débarque à l’académie Génération Foot, mais il comprend vite que la communication sera difficile : il ne parle pas wolof. Arrivé quelques mois auparavant, Sadio Mané, enfant de la Casamance (sud), se charge alors de jouer les interprètes avec ses connaissances en français", rapporte le quotidien régional français Le Républicain Lorrain, dans un article publié en mai 2018.

"Le Béninois, qui cherchait un traducteur, ne le savait pas encore : il venait de rencontrer un ami, un frère", ajoute le quotidien français.

Le journal poursuit : "Deux saisons plus tard, Sègbè découvre la Moselle. Le FC Metz, qui avait eu vent de cette amitié, libère une chambre du centre de formation pour eux, la 16. Malheureusement, ils n’auront pas souvent l’occasion de taper le ballon ensemble."

"Sadio était arrivé avec une pubalgie. Et moi, je me suis blessé au genou", confie Désiré Sègbè au journal.

L’attaquant béninois n’a pas encore joué à la CAN 2019, au contraire de Sadio Mané, auteur de trois buts.

Sègbè et Mané se sont séparés après leur rencontre à Génération Foot.

"Mané va construire sa carrière de Salzbourg à Southampton, avant d’atterrir à Liverpool. Sègbè emprunte des chemins plus modestes, Esch, Le Puy, Pagny, Epinal puis FK Senica. Mais la connexion reste active. Les deux amis se voient autant que possible pour partager des parties de ping-pong et de tennis-ballon ou vivre tout simplement", poursuit Le Républicain Lorrain.

"En général, ils se voient à Paris ou Liverpool. Mané, 26 ans, est également venu supporter son pote, plus jeune d’un an, en Coupe de France en 2018, dans les Vosges, face à l’OM", raconte le journal.

Le Béninois s’était rendu à Kiev (Ukraine) pour soutenir son "frère", lors de la finale de la Ligue des champions remportée par le Real (1-3).

"J’ai toujours parlé en bien de ce mec sous-coté à mon goût. Mais les gens ont souvent estimé que c’est parce que c’est mon meilleur ami", témoigne Ségbè dans un journal béninois, à la veille de la CAN 2019.

"Aujourd’hui, tout le monde s’en rend compte, et il le mérite. Je savais qu’il avait des qualités et qu’il pouvait aller très loin, je le lui ai souvent dit d’ailleurs. Mais je ne savais pas jusqu’où il pouvait aller. Je ne le sais toujours pas. Je pense qu’il peut faire encore mieux que ce qu’il a fait cette saison. J’avais pronostiqué 19 buts cette saison, pour lui. Il en a mis 22. C’est un gaïndé (lion, en wolof)", ajoute l’attaquant béninois.

SD/ESF/BK - aps