Culture

Que reste-t-il de Savoigne, utopie villageoise du Sénégal de Senghor ?

Ceux, et ils sont rares, qui ont entendu parler du village de 2 000 habitants, situé à une trentaine de kilomètres au Nord de Saint-Louis, l’associent à l’usine de conditionnement de tomates qui en jouxte l’entrée. Savoigne, qui a fêté le 11 novembre ses 51 ans, est pourtant bien plus que cela : le résultat de la politique de développement national et d’animation rurale lancée par le président sénégalais Léopold Sédar Senghor après l’indépendance du pays en août 1960.

DIOURBEL : LE HIP HOP VA T-IL RENAITRE DE CES CENDRES ?

Les jeunes rappeurs vont devoir mettre à profit leur talent car l’état sénégalais à travers le ministère de la jeunesse et de l’emploi accueille et approuve l’idée de SIMON qui est d’installer un bureau des cultures urbaines dans les 14 régions du Sénégal.

Le bureau des cultures urbaines à pour mission d’identifier l’ensemble des acteurs des cultures urbaines (HIP HOP, graffiti, danse, etc.) de chaque localité puis de notifier les problèmes liés à chaque segment après une enquête et l’expression des besoins par ces derniers.

Changer l’architecture du centre culturel, la plaidoirie des acteurs culturels de Diourbel

Mouride Mbaye regrette le fait que le centre culturel n’ait pas assez d’espace, pour organiser des compétitions ajouté à l'écho sonore exagéré dans la salle ce qui fait qu’un jury n’arrive jamais à comprendre la valeur exacte de la pièce présentée ».

Et fait remarquer que la courette ne peut pas abriter du monde, mais peut être agrandie pour servir de plateau de spectacle « Il suffit tout simplement d’installer une toiture amovible et d’aménager une clôture digne de ce nom. ».

Fespaco 2017: quatre portraits de femmes modernes dans les films en compétition

Comment être une femme moderne ? Pas moins de quatre films, en compétition, posent la question. Et souvent le prix à payer est très cher. Dans Fre, de l’Ethiopien Kinfe Banbu, une lycéenne un peu rebelle se fait violer par des étudiants.

L’héroïne d’Aïsha, du tanzanien Chandé Omar connaîtra le même sort. Cette pharmacienne dynamique de Dar es Salaam part au pays pour marier sa petite sœur mais à cause de la jalousie des villageois, son retour s’achèvera en tragédie. Extrait du film : « Tant que cette femme et son enfant n’auront pas embarqué, personne ne bouge. On ne bouge pas ».

Pages

S'abonner à Culture